La fiancée juive

Posted on octobre 1, 2010

0


La fiancée juive, Rembrant, 1665

Dans le roman que je lis, La jeune mariée juive, il est dit:

« Le maître Rembrant est mort, docteur Paradies. Que Dieu ait pitié de son âme. » Pourquoi l’as-tu pris, lui, Seigneur? me suis-je demandé. Pourquoi ne m’as-tu pas pris, moi? Il n’y a pas eu de réponse. »

Ce n’est que le début du roman et je ne doute que.

Mais sans arrière pensée, bien que.

Je rêve encore à la beauté du geste intransigeant.

Mais il faut la voix du conteur pour l’expliquer.

La voix du conteur.

C’est pourquoi, en tous les points, les voix des conteurs s’élèvent.

Posted in: Non classé