La fiancée juive

Posted on octobre 1, 2010

0


La fiancée juive, Rembrant, 1665

Dans le roman que je lis, La jeune mariée juive, il est dit:

« Le maître Rembrant est mort, docteur Paradies. Que Dieu ait pitié de son âme. » Pourquoi l’as-tu pris, lui, Seigneur? me suis-je demandé. Pourquoi ne m’as-tu pas pris, moi? Il n’y a pas eu de réponse. »

Ce n’est que le début du roman et je ne doute que.

Mais sans arrière pensée, bien que.

Je rêve encore à la beauté du geste intransigeant.

Mais il faut la voix du conteur pour l’expliquer.

La voix du conteur.

C’est pourquoi, en tous les points, les voix des conteurs s’élèvent.

Publicités
Posted in: Non classé